Raz Simone (Interview)

Image

Rencontre avec Raz Simone le représentant de Seattle lors de son passage à Paris il nous parle de son projet “Trap Spirituals” en attendant la sortie de son prochain album “Closer”.

Bayrydah : Tu peux te présenter pour ceux qui ne connaissent pas Raz Simone ?

Raz : Je m’apelle Raz Simone. Je viens de Seattle.
J’ai mon label qui s’apelle Black Umbrella c’est comme une famille, on fais de la musique du business on s’entraide.

Bayrydah : Venant de Seattle quelles ont était tes influences ?

Raz : Mes influences ne sont pas vraiment dans la musique. C’est plus la vie qui ma influencé. Les gens qui sont autour de moi. Les choses que j’ai vécu.

Tout ce que je raconte dans ma musique ce sont des choses qui me sont vraiment arrivé.
C’est comme si je documenté ce qui se passe.

Quand j’étais bébé j’étais influencé par ma mère puis j’ai grandi la famille ma influencé.
Et les choses que j’ai vu. Un jour je vais sortir je vais m’occuper de ma famille. Donc je suis influencé par les choses que je vie.
En étant dans la rue ou pas je suis influencé par tout ça. Puis je lâche tout ça. J’en parle a personne je fais mes choses.
Et j’en fais de la musique.

Bayrydah : Donc il n’y a pas d’artiste que tu suit en particulier ?

Raz : Non récemment juste Laura Mvula. C’est une chanteuse de Londres. Elle est dope. J’écoute ça.
J’écoute Black Mamba ces chanteurs africains qui chante “hey hey hey” ce genre de délire.
J’écoute aussi la folk musique les gens qui jouent de la guitare.
J’écoute pas les rappeurs a part si ce sont mes homies, des gens que je connais et je sais ce qu’ils font.
Mais je peux apprécier les autres artistes parmis tout ceux que je rencontre.
Mais je suis vraiment intéressé d’entendre des histoires savoir la vérité.
J’aime pas entendre des gens s’inventer des histoires, s’inventer des vies.
Donc j’aime entendre que les mecs ont touché ça avec leurs mains.
Aujourd’hui beaucoup d’artistes sonnent pareil, ils te parle de flingues qu’ils ont jamais touché ou de drogue qu’ils n’ont jamais vendu ce genre de chose.
Alors pourquoi j’écouterais tout ces gars qui sonnent pareil et c’est même pas vrai je préfère m’écouter moi même ou écouter un ami avec qui on a fais toutes ces choses ensemble.
Ou sinon je préfère écouter de la musique pour dormir de la chanson relax.

Bayrydah : Tu viens de sortir un EP de 8 morceaux “Trap Spirituals” tu peux nous en dire plus ?

Raz : J’aime montrer différent style je veux pas m’enfermer dans une dimension.
Je suis humain je suis une personne alors il se passe plein de choses je suis père je suis un fils, je fais pleins de choses différentes je suis un business man. Alors j’aime montrer ces différentes faces des fois tu va entendre des sons ou je suis calme. Comme maintenant.
Si je fais un son maintenant, ça serait un son calme.
Mais si on sors plus tard cela serait un peu différent.
Ou si il se passe quelque chose de fou et je suis concerné je suis énervé.
Cela donnera ce type de son.
Et donc “Trap Spirituals” c’est pas ce genre d’ambiance calme.

J’ai appellé le projet Trap Spirituals car la Trap maintenant c’est le battement de coeur des gens, des gens opprésés des jeunes.

Et la Trap c’est en rapport avec la vente de drogue. Pour le côté Spirituals je viens d’une famille spirituel, ma mère est spirituelle.
C’est aussi lié à l’esclavage le n**** spirituel c’etait le beat de l’epoque.
La trap c’est le battement d’aujourd’hui.
On a ce coté spirituel de l’esclavage et la trap. On mélange le tout et voila.

Bayrydah : En 2015 ta sorti l’EP “Macklemore Privilege And Chief On Keef Violence” d’ou vient ce titre ?

Raz : C’est comme un jeu de mot tu connais le “White Privilege” et la violence entre noirs “Black On Black Crime”.
J’ai pris 2 personnes différentes qui sont comme des exemples a ce propos.

Macklemore a un son qui s’appelle “White Privilege” maintenant il a un nouveau “White Privilege 2”.
Et c’est marrant car tout le monde à Seattle dit qu’il a fait ce son par rapport a moi.

Alors j’ai pris ça et la violence Black On Black.
Et ta Chief Keef qui a dit que lorsqu’il sortira son prochain EP ou sa mixtape il va augmenter le taux de meurtres il y aura plus de violence par rapport a son album.
Alors il s’en vante il adore. Depuis que j’ai sorti ça Macklemore a fait “White Privilege 2”.
Et Chief Keef se présente en tant que maire et veut arréter la violence.
C’était un gros retournement de situation avant Chief Keef voulait de la violence et Macklemore était dans son coin a faire ses trucs.
Mais c’était intéressant car la façon dont je vois les choses je reconnais la couleur mais ce n’est pas ça le problème.
On a parler de ça avant avec le mot “nigga” on utilise ce mot aux Etats Unis alors que ça a commencer par “Nigger” et c’était négatif d’appeller une personne noire un n**** nigger baby peu importe c’était très mauvais
Puis les choses changent et c’est devenu quelque chose de positif donc c’est devenu n***** comme “Whats Up my nigga” c’est amical.
Mais c’est toujours entre black même si un mexicain dit ce mot c’est tendu.
Un de mes amis a tuer un blanc car il l’a appeller “nigger”, il leur vendait de la drogue et le gars était en colère car il en voulais pour moins cher. Il a dis “t’es qu’un putain de n****” et mon pote l’a abattu d’une balle dans la tête. Maintenant il est en prison a vie.
Mais ça c’était avant il y a 10 ans, aujourd’hui c’est plus tranquille les gens s’en foute. Tout le monde emploi ce mot d’après moi c’est pas un mot a employer juste car je suis black ça ne veut pas dire que je suis un n****.
Je suis un n**** car je suis un n**** tu capte.

J’ai des homies russes qui sont des niggas ils sont blancs russes mais ce sont des niggas.
Tu peux pas vraiment expliquer il n’y a pas une science derrière tout ça c’est juste leur façon d’être je peut pas nier.

Et j’ai un autre pote et c’est pas un nigga je sais pas pourquoi ou un pote black qui n’est pas un nigga mais il est black.
Donc c’est pareil pour le “White Privilege” la violence entre noirs ce sont ces choses c’est pas vraiment la couleur.
La couleur y joue quelque chose mais c’est beaucoup plus complexe c’est pareil avec la violence entre blacks la violence est entre plusieurs différentes couleurs maintenant mais si t’es un n**** tu en verra plus
Moi quand je me ballade aux US par rapport a ce que je suis. Je dois avoir un pistolet sur moi car il peut m’arriver n’importe quoi.
Et je veux pas me ballader avec des gardes du corps tout le temps je fonctionne pas comme ca.
Les gens sont jaloux mais si t’es n’importe quel mec blanc les gens s’en tape.
J’ai entendu qu’ici que les gens vont plus voler les personnes agées. C’est vrai non.
Alors qu’aux Etats Unis on ne fait pas ça les gens vont voler les autres blacks.
C’est comme ça c’est un peu différent.

Bayrydah :  T’es signé chez 300 Entertainment tout comme Fetty Wap, Migos et Young Thug.
Raz : Oui j’ai ma compagnie Black Umbrella je suis le boss puis on a fait un partenariat avec eux.
J’étais un des premiers artistes avec qui ils ont travaillé.
Je suis toujours avec eux en partenariat mais pas comme un artiste signe.
On a eu un autre accord.
Je voulais qu’on fasse ca tout en ayant mon independance que je puisse évoluer et aller à l’endroit ou je veux.
Moi meme puis amener ca aux radios je veux me sentir vrai je veux aller sur place et obtenir un publique .
Puis apporter mes fans de base avant que tout le monde joignent le mouvement.
Une fois que ta la radio et le mainstream t’obtiens les “hype” fans

Ces fans qui suivent la vague le mouvement.
Ils sont en mode “oh t’aimes bien ils aiment ca, oh okay alors j’aime ça”.
Je veux pas de ça.
Quand ça viendra plus tard okay. Cool.
Mais je prefere avoir des gens en mode “je t’aime i love” j’adore Raz Simone.
Sa musique me parle.
Je connais tout ses morceaux.
Chaque album.
Je veux des gens comme ca et plus de gens comme ca.
J’ai deja beaucoup de gens comme ca mais j’en veux beaucoup plus.
Après tu as une base plus solide a partir de la tu grandi.
Puis t’a ces gens qui écoutent un morceau.
Et ils disent “Oh j’ai entendu celui la à la radio. J’aime ce son”.
Ta écouter ce son et celui là.
De là tous mes fans du début vont influencer les autres.
Je préfère que ça fonctionne comme ça et pas autrement.
On a eu un show hier.
On voit comment l’artiste.
Comment les fans le regarde.
Et j’aime quand les artistes mettent l’ambiance.
Car j’aime mettre l’ambiance.
Chaque morceau tout le monde est en mode.
Ils deviennent fous.
Chacun d’entre eux.
Voila ce que j’aime.
Peu importe le nombre de fans qu’il y a.
Du moment que tout le monde kiffe.Je veut pas que ce soit avec les gens comme ça.
Pendant mon show.
Je saute et je te pousse.
Je peux pas faire ça.
Ou je me casse d’ici.
C’est pas ce que j’ai envie de faire.
J’ai vu beaucoup de gens.
Ils montent ils font un morceau.
Puis il y a ce morceau qui passe celui que tout le monde connait.
Ils l’ont entendu a la radio ou je sais pas ou.
Et le morceau suivant tout le monde est en mode.
Rejoue le meme son.
Je veux pas de ça.
Qu’ils me connaissent pour un seul morceau ou 2.
Et c’est tout. Non!
Je veux que tu connaisses tout le truc.
Voilà pourquoi des fois ca met plus de temps.
Pour construire ça.
Imagine j’arrive je te dis.
Tu peux me faire confiance pour tout.
Je peux te le dire en te regardant dans les yeux.
On est frères maintenant.
Tu vois.
Qu’est ce que ca veux dire.
Je suis venu à toi à fond. Bro maitenant.

Ca ne marchera pas.
Ca prend des années et des années c’est lent.
Et tu vois comment les gens sont.
Mes frères vont me dire.
Je sais comment ca se passe.
Soit ils sont dans la gangsta shit
Ou ils sont dans un autre délire.

Par exemple je dois partir.
Et ma mère a besoin d’aide.
Ils viennent aider ma mère.

Ou j’ai besoin de m’occuper de ce business.
Tu peux mettre ça sur ce compte en banque.
Ils y vont ils le font.
Tous mes amis tous ces gens.
Ma famille ceux que considère comme la famille.
J’ai vécu tout ça.
Il y a aussi ces gens.
Que j’ai fréquenté 3 ou 4 ans.
Puis il se passe quelque chose.
Il y a un problème.
Tout s’éffondre.
Quelqu’un va se ramener pour nous braquer.
Et ils se mettent à terre.
Pendant que je suis là à gérer le truc.
Tu vois ce genre de chose.
Ou quand ma mère a besoin d’aide.
J’essai de les joindre.
Ils sont introuvables.
Désolé bro je peux pas.
lls te sortent des excuses.
Ca ne marche pas comme ça.
C’est la même chose.
Quand t’es dans une relation avec une femme.
C’est une relation qui prend du temps.
Avec les fans.
C’est une relation.
Cela prend du temps.
Tu dois la laisser grandir.
Plus tu laisses tout ça grandir.
Ils captent ton délire.
Ils apprécient plus.
Ca devient encore plus puissant
Il y a tellement d’artistes qui percent comme ça.
Ils passent par cette étape.
Et l’année suivante c’est fini pour eux.
Ou en deux ans.
Je veux surtout pas ça.
Je veux que ce soit vrai
Comme par exemple.
Tu vois Jay Z.
Il a été capable.
De rester pertinent.
Il a continué.
Jusqu’à obtenir tout ça.
Mais c’était pas si dur que ça pour lui.
Il y a beaucoup d’artistes underground.
Aux Etats Unis.
Qui ont plus de fans.
Plus de véritables fans.
Tu ne le vois pas.
Car ils passent même pas à la radio.
Mais ils remplissent des salles.
De 50 000 personnes.
Et ils continuent.
Mais ils sont discrets.
A tout moment ils peuvent attérrir à la radio.
Et les fans suivent toujours le mouvement.
Mais ils sont encore en train de s’agrandir.
Et ils ont ce respect.
Comme par exemple.
Lil Boosie.
Il a ce genre de respect.
Certaines personnes ont ce respect.
Je préfère avec le respect.
Et pouvoir faire ce que j’ai envie.
Et à n’importe quel moment.
Plutôt que d’être connu.
Et être prisonnier.
Je veux faire mon truc.
Et construire tout ça avec mes fans.
J’y pense souvent.

Bayrydah : Ta envie de collaborer avec des artistes en particulier ?
Il y en a beaucoup.
Car avant je ne voulais collaborer avec personne.
A mes débuts je disais on va faire un morceau avec lui avec eux.
Toujours des grands noms.
Puis un jour j’ai dit “non”.
Je veux avoir ma propre hype.
Je veux pas rider sur leur hype.
Je veux dire imagines toi.
Pour en revenir aux relations.
Imagine si tu n’as pas d’argent.
Tu dors sur le canapé chez ta mère.
Ta rien à ton nom.
Ta absolument rien.
Et Oprah Wifney débarque.
Elle est sexy.
Elle veut t’épouser.
Tu va accepter biensur.
Mais tu vas te sentir.
Je suis qu’un accessoire.
Tu es là-bas à faire des shows.
Ta des millions de dollars.
Mais j’ai rien.
Tu veux quand même cet équilibre.
Que tu réussises aussi.
Pour pas que ça fasse genre.
Voici Oprah Wifney.
Et son bouffon de marie.
Qui ne fait rien du tout.
Voila comment je ressens.
Pour tout ce qui concerne les featurings.
Tu veux travailler à fond.
Autant que la personne à côté.
Mais il y a des gens.
Je peux dire qui sont vrais.
A un moment.
Je voulais faire un truc avec Gucci Mane.
Il m’a écrit sur Twitter.
Quand il était en prison.
Et on a discuté car c’est un vrai.
Qui d’autres ?
Cette meuf Laura Mvula.
Je veux faire quelque chose avec elle.
Ca serait dope.
Je pense que cette année.
Je vais écouter plus de gens.
Pour voir un peu ce qui se passe
Je vais trouver un moyen de plus écouter.
Oh j’ai quelque chose à ajouter.
Je veux collaborer avec des artistes d’autres pays.
Me connecter.
Avec d’autres cultures.
Et j’ai l’impréssion.
Ici vous avez des sons avec d’autres gens.
Avec des américains.
Un gars a un featuring avec un américain.
Pour mettre sur son album.
J’ai entendu que Booba avait un feat avec Future ?
Rick Ross ouai.
Mais aux Etats-Unis.
Booba tous ces artistes.
Personne ne connait.
Personne connait les gens d’ici.
Rick Ross ne l’a pas mi sur son album.
Future non plus.
C’est jamais arrivé.
Ta déja vu ça ?
J’ai jamais entendu ça.
Donc je pense que ça serait cool de faire ça.
Moi même.
Faire du son avec des rappeurs français.
Des chanteurs français.
De plein d’endroits différents.
Et de les mettre sur mon projet.
Ca serait ouf car les américains vont se dire.
Putain mais qu’est ce qui se passe.
C’est pas de l’anglais.
C’est quoi ça ?
Je pense que si je le fais.
Ils diront “that shit is dope”.
C’est bizarre mais c’est “dope”.
Il est dans un autre délire.
Et je pense que c’est une bonne chose.
Car les Etats Unis ont besoin de plus de culture.
S’intéresser un peu plus.
Apprendre d’autres langues.
Découvrir d’autres cultures.
Les Etats-Unis ne veulent pas que tu découvres les autres cultures.
Ils te disent ici c’est l’Amérique on est puissant.
Et ça s’arrête à ça rien d’autre a savoir.
Je veux dire.
Beaucoup de mes amis sont bilingues.
Car ils viennent d’un peu partout.
Somalie, Portugal…
Mais la plupart des Américains né sur le territoire.
Ils ne parlent aucune autre langue.
Alors je me dis “Fuck faut que j’apprenne d’autres langues”.
On essaye d’apprendre le russe.
D’autres langues.
Donc j’aimerais être cette personne.
Dans notre culture. Tu vois.

Bayrydah : Ta un morceau avec Pusha T comment s’est passé la collaboration ?
Ce sont des potes à moi qui ont organisé ça.
On s’est connecté
Et c’est une autre personne que je respecte.
Car j’ai l’impression que c’est l’un des derniers rappeurs “street”.
C’est pas un trap rappeur.
Mais c’est un vrai gars de la rue.
Il rappe vraiment à propos de vendre de la drogue.
Mais il a pas toutes ces manières.
Avec les gestes.
Il est en mode “je vends de la drogue”.
Tout comme Jay Z, Biggie.
Et avec lui c’est le business.
Qui passe avant les clubs .
Et je respecte ça.
C’est un businessman.
Il sait ce qu’il fait.
Il est putain d’intelligent.
Et il est bon.
J’ai trouvé ça “dope”.
C’est une légende.
C’était dope de travailler avec lui.
J’aimerais faire plus de trucs avec lui à l’avenir.

Bayrydah : Quels sont tes projets à venir un album, une mixtape ?

Bayrydah : Ta un titre pour le prochain album ?

Raz : Mec j’ai trop de titres d’album.
Le truc c’est que j’ai des albums par-dessus d’autres albums.
Je vais faire un son.
Et le mettre de côté pendant 6 ans.
Certains morceaux que j’ai sorti ont 7 ans.
Et c’est comme ça que je sais si ce sont des classiques.
Le classique Raz.
Certains sons de “Trap Spirituals”.
Je l’ai fait il y a 4 ans.
Mais ça sonne toujours actuel.
Ca sonne comme si je l’avais fait hier.
C’est comme ça que tu sais.
C’est en avance sur son temps.
Je fais quelque chose.
Je l’apprécie toujours autant après.
C’est du classique de ma part.
Il y en a aussi que j’ai enregistré.
4 jours avant la sortie.
Certains sont très récents.
Des fois ça peut me prendre 30 minutes.
Pour faire un morceau.
D’autre fois 5 minutes.
Ou des fois ça peut prendre 5 jours.
Ca prend du temps.
Car je produis également.

Je ramène des instruments live.
Je cherche des sons.
Je mixe tout ça comme j’ai envie.
Je travaille avec l’ingénieur.
Ou je fais l’ingénieur moi même.

Je mets le volume comme ça.
Je mets les fréquences ici.
Je suis très particulier avec ça.
Je prends mon temps à faire tout ça.
Et tout en faisant ça.
J’ai tous ces sons différents.
Alors je me dis là on a un album.
Je construis tout une histoire avec ça.
Et puis je me dis.
3 jours plus tard.
On peut faire mieux.
A partir de là j’ai 3 albums différents alignés.
Je me dis ok je vais choisir celui-là d’abord.
Le lendemain fuck it je choisis l’autre.
Mais je pense que le prochain sera plus wavy.
Le prochain sera plus relax.
Et mélodique.
Ca sera dope. Je veux juste faire quelque chose de différent.
J’ai pas envie de tout le temps faire la même chose.
Comme la dernière fois.
Cette fois on va faire ça différemment.
Et selon mon délire du moment.
Donc je vais faire ça.
Je pourrais faire quelque chose pour les femmes.
On verra.

  • February 4, 2018

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *